Catégorie : Objectifs

reunion

Compte-rendu de l’atelier organisé par l’ONG Association Salam portant sur Réunion de réflexion sur le devenir de la paix et la sécurité communale

L’ONG Association Salam, en collaboration avec l’Association Lamha d’Oussivo  et la participation des associations à but non lucratives de la commune de Hamnvou organisent le 17 Janvier  2016 à la madrasa d’Oussivo un atelier de formation  sur le thème  Réunion de réflexion sur le devenir de la paix et la sécurité communale.

reunion

Cette  réunion  organisée entre dans le cadre des activités annuel de l’ONG Association Salam et aussi  s’inscrit dans les engagements pris par le département des  enquêtes et de recherches de l’ONG sur les conflits intercommunautaires et intracommunautaires de l’Ile autonome de Ngazidja que l’ONG a initié depuis  Juin 2014 à nos jours afin de renforcer les capacités des associations de villes et villages fragiles  en matière de maintien de la paix et la consolidation de la paix communale.

 

L’objectif de cette réunion  est de sensibiliser les associations participantes venant de différents localités de la commune de Hamanvou en qualité de société civile communale en discutant des enjeux et des spécificités qui devraient liés à leur participation aux opérations de la paix et la sécurité communale de créer un espace de dialogue, d’échange et de réflexion entre eux (les Associations communale) pour appuyer le développement décentralisé.

 

Quant aux associations participantes, auront pour vocation de réfléchir ensemble sur l’adhésion de l’ONG Association Salam afin de promouvoir la paix et la sécurité communale dans le cadre de la dite ONG. L’ONG traitera également des aspects politiques de ces partenariats et abordera la question des stratégies de sortie de crise qui est une formation de renforcement de capacités sur la notion de la paix et la sécurité communale.

 

La réunion s’est déroulé le 17 Janvier 2016 à la madrasa d’Oussivo et a regroupé une vingtaine de participants autour de neuf (9) localités qui sont : Hahaya, Boueinidi, Milevani, Mbaleni, Mbambani, Diboini, Bibavou, Mbangani et Oussivo. L’atelier a été  présenté par le Directeur Exécutif de l’ONG Association et il était axé autour de cinq (5) points portant sur la situation générale de la commune (démographie, géographie, économie, politique et fragilité), les lois parlementaires portant sur la décentralisation, le rôle de la société civile communale et les solutions et perspectives de sortie de crise et en fin un travaille de groupe sur une réflexion commun.                                                                   



     
Directeur Exécutif

azhar

Mohamed Soulaimana Azhar

LOGO SALAM ASSOCIATION

Répondre aux besoins, enseigner et assurer la communication

Répondre aux besoins, enseigner et assurer la communication

Il arrive parfois que les gens en viennent aux mains simplement parce qu’ils ne connaissent pas d’autre moyen de réagir en cas de frustration ou de différend sérieux. Le problème dans les relations avec autrui c’est qu’on ne dispose pas d’un mécanisme permettant de résoudre les problèmes à des mesures qu’ils surgissent. On voudrait résoudre le problème, mais on ne sait pas comment s’y prendre.

En aidant les communes, les villes, les villages et toute autre société connue sous la menace de la paix, à acquérir de nouvelles valeurs, de nouvelles manières de voir et de faire les choses. Nous pouvons leur montrer une voie meilleure pour la gestion de leurs différends.

L’alternative à la violence est la tolérance. Faire preuve de tolérance, ce n’est pas être forcément d’accord avec l’autre ni rester indifférent devant la justice, mais simplement témoigner son respect de ce qu’il a d’essentiellement humain à chaque être.

L’enseignement de la tolérance commence à figurer au programme des écoles primaire, tandis que les jeunes de villages, les spectateurs sportifs sont remis en question.  On peut noter par exemple Shezani et Hantsintzi, doivent être enseigné les liens communs historique et culturel de ces deux communautés. Donc les communautés qui ont connu des conflits dans l’histoire doivent bénéficier un programme baptisé «  enseignement de tolérance »

Il y a aussi la protection et l’orientation de malade mentaux, de refugiées et personnes sans abri et les prisonniers de conflits que l’Association Salam doit considérer.

Certes, la tolérance ne suffit pas ; il faut aussi disposer de méthode pratique pour gérer les tensions quotidiennes de façon à éviter qu’elles ne dégénèrent pas en conflits ouverts et en violences.

salam

Réparer le tissu relationnel endommagé

SALAM va jouer et considérer le rôle de reconstruction étant essentielle comme un guérisseur. Aux Comores, de nombreux conflits et crises sociaux provoquent des sentiments de colères, peur, humiliation, haine, insécurité et tristesse. Les blessures sont parfois profondes. Il est pour Salam d’agir à des cas pareil même si le conflit pourrait être résolu-autrement d’un processus de médiation, d’un jugement ou des verdicts des urnes les plaies ne sont pas toujours refermées et avec elles demeurent le risque de voir le conflit renaitre. Salam ne peut pas considérer un conflit comme pleinement résolu tant que le tissu relationnel endommagé n’a pas été réparé. L’objectif c’est d’instaurer une paix durable mais pas temporaire.

salam

Résolution des conflits

Assurer la médiation, arbitrer, rétablir l’équilibre, panser les plaies

 

En tant que médiateurs, nous pouvons déterminer les droits de chacune des parties ; entant qu’égalisateurs, nous pouvons veiller à un meilleur équilibre des forces ; en tant que réparateurs nous pouvons raccommoder le tissue relationnel endommagé.

 

En tant que  médiateur, Salam ne prend aucune décision à propos du litige. Sa mission c’est d’aider à trouver, si possible un accord. Si elle n’y parvient pas, l’affaire retournera devant le juge qu’on appelle arbitre. Le médiateur ne cherche pas à savoir qui a tort et qui a raison, mais le résoudre. Le cœur du conflit est l’intérêt de chacune des parties-autrement dit leurs besoins, leurs préoccupations, leurs désirs, leurs craintes et leurs aspirations. La gendarmerie joue le rôle d’intervenir rapidement pour cesser le feu ou réduire l’écart entre deux positions antagonistes et cela ne suffit pas chez Salam. Salam doit aussi chercher à satisfaire les intérêts fondamentaux à l’origine de ces positions.

La première démarche est d’obtenir les parties adverses qu’elles s’assoient ensemble pour discuter.

La deuxième, c’est de faciliter la communication afin d’aider chacune des parties à bien comprendre ce que l’autre veut exprimer ou obtenir.

Et la troisième, est d’aider les gens dans la recherche d’une solution. C’est une étape qui consiste à aider les parties antagonistes à élaborer des propositions novatrices susceptibles de conduire à un accord. Ce sont les parties en conflits et non l’association Salam qui font des suggestions quant à la manière de résoudre le conflit. Salam en tant que médiateur, peut toutefois, dans certains cas, accélérer le processus en proposant des solutions à leur réflexion. Le but est de parvenir à un accord satisfaisant pour les deux parties.

Lorsque la médiation se révèle inefficace, Salam comme tierce partie jouera éventuellement avec profit le rôle d’arbitre. L’arbitrage est un processus courant, il fait partie du rôle du juge au tribunal. Donc, l’arbitrage peut imposer une décision alors que la médiation suggère une solution. Quant à Salam le but de l’arbitre n’est pas seulement de dire qui a tort et qui a raison, mais aussi de faire en sorte que les victimes et les collectivités obtiennent réparation des préjudices subis et que le coupable reprenne toute sa place dans la communauté afin d’y jouer un rôle constructif

salam

Rôle de l’association Salam

Le rôle de Salam ne peut ni ne doit-être d’éliminé le conflit. Celui-ci  est en effet, aussi naturel et indispensable que le foot Ball au Brésil. Il est facteur de changement. L’association doit pouvoir canaliser les conflits et les transformer en coopération par le recours systématique à la tierce partie.

Lire Plus

Avatar-Vert

le titre

<div class="lr_horizontal_share" data-share-url="http://salam-africa.org/activites/le-titre/" data-counter-url="http://salam-africa.org/activites/le-titre/"></div>le …

12873574_597387457077853_465326784_o

L’ONG Association Salam a reçu une délégation de l’ONG WWF de Madagascar

<div class="lr_horizontal_share" data-share-url="http://salam-africa.org/activites/long-association-salam-a-recu-hier-soir-une-delegation-de-long-wwf-de-madagascar/" …

reunion

Compte-rendu de l’atelier organisé par l’ONG Association Salam portant sur Réunion de réflexion sur le devenir de la paix et la sécurité communale

<div class="lr_horizontal_share" data-share-url="http://salam-africa.org/activites/compte-rendu-de-latelier-organise-par-long-association-salam-portant-sur-reunion-de-reflexion-sur-le-devenir-de-la-paix-et-la-securite-communale/" …